Go to Top

La fenêtre de Johari, comment nous fournissons et recevons l’information entre soi et les autres

La fenêtre de Johari est une matrice qui a été mise au point par Joseph Luft et Harrington Ingham en 1955. Elle s’inspire de la programmation Neurolinguistique.

Le modèle de fenêtre de Johari donne un cadre pour comprendre et améliorer le niveau de conscience individuelle. Une plus grande conscience de soi-même rend plus efficace dans les situations de groupe, améliore les compétences interpersonnelles et permet d’établir de meilleurs rapports humains en authenticité.

Elle permet de comprendre:

* Comment les individus communiquent avec eux-mêmes et avec les autres.
* Comment les individus se présentent à eux-mêmes et aux autres.
* Comment les individus perçoivent leur place dans le monde.

L’objectif est d’augmenter la zone visible, en diminuant les trois autres, grâce aux feedback et à l’expérience, pour diminuer les « angles morts » et les faces aveugle, intime et cachée qui limitent l’efficacité et peuvent créer des incompréhensions.

Fenetre de Johari 1

Zone visible : ce sont les informations connues publiquement. Elle représente la manière dont tout le monde nous voit et dont nous sommes conscients.

Zone intime : il s’agit de notre jardin secret. Ce sont les informations que nous ne jugeons pas nécessaires de transmettre à autrui ou que nous n’avons pas pensé à révéler. La zone cachée est alimentée à la fois par une action consciente et par des réflexes inconscients.

Zone aveugle : elle représente l’image qu’ont les autres de nous mais que nous ne connaissons pas. Cette partie est essentiellement dûe à des actions inconscientes de notre part.

Zone cachée : potentiel inexploité, des talents que nous n’avons pas encore exprimé mais aussi des désirs et des besoins que nous gardons enfouis en nous sans le savoir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *